Currently browsing

novembre 2015, Page 2

Valeurs nationales ou occidentales ?

Dans son dernier billet, Koz pose une question abyssale à laquelle je ne vois pas, à ce jour, de réponse convaincante. Que voulons-nous sauver, au-delà de nos images d’Epinal de la France insouciante qui s’amuse au son de l’accordéon …

Share

Libertés et sécurité dans un monde dangereux

Après les attentats de vendredi, j’ai ressorti un livre lu il y a quelque temps mais que j’avais besoin de parcourir à nouveau comme un antidote à la déraison qui nous guette dans ces moments, un peu comme la poésie est un antidote à la laideur et l’am…

Share

Même pas peur. Ou presque. – Amener toujours plus de Vie et d’Amour

« Même pas peur. » Hier soir j’ai pris un verre avec des amis en terrasse, c’était notre « acte de résistance » à nous. C’est idiot, bien sur, par rapport à des vrais actes de résistances de personnes qui combattent vraiment. Mais ça nous a fait sourire et on s’est promis de le réaliser souvent. On s’est interrogés … Lire la suite de Même pas peur. Ou presque. – Amener toujours plus de Vie et d’Amour

Share

Prier, aimer, vivre et espérer

« Don’t pray ! » Ça y est, d’abord le dessin de Sfar pour qui la France n’a pas besoin de religion, puis quelques twittos qui s’insurgent Pourquoi ? Sans doute parce que la réponse la plus immédiate que le monde entier a donné au drame parisien est un…

Share

De quel droit me direz vous.

Trois minuscules années au
Liban. Trois années de joies, de larmes et de « joie quand même » me
donnent elles le droit de parler ?

J’ai connu en direct la
solidarité lors des attentats de 2005, celle de 2012 depuis mon canapé et à no…

Share

Dignité, liberté, Dieudonné

La Cour européenne des Droits de l’Homme vient de remettre à la Une le triste humoriste Dieudonné. Son arrêt du 10 novembre 2015 a le mérite de clarifier une situation qui, si elle était limpide au niveau du contexte, n’en demeurait pas moins troubl…

Share

A mon petit Armand

Ce matin, mon fils a eu l’honneur de lire cette lettre du poilu Joseph Thomas à son fils Armand, âgé de 15 mois, qu’il ne reverra jamais. Un peu fier, je vous en partage le texte…

 5 août 1915

A mon petit Armand,

Tu es encore bien jeune et …

Share
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Aller à la barre d’outils