Currently browsing

octobre 2016

Zachette ?

Pour les besoins de l’école de prière jeunes du diocèse de Nanterre dont je reviens, j’ai incarné le premier jour Zachette, lointaine descendante de Zachée narrant l’histoire de son aïeul alors qu’elle se refusait à plonger dans l’océan de la Miséricorde ! Puisque j’ai mis ce petit conte d’évangile par écrit et que c’était l’évangile d’hier dimanche, je vous le partage. Il ne s’agit que du récit lui-même… d’un autre point de vue ! 

http://4.bp.blogspot.com/-IIZ7vpAeZHg/UZQHN3s1JtI/AAAAAAAAHnI/vDTuxg4RJH8/s1600/zachee-et-le-sycomore.jpg

Ils sont gentils là, ces deux copains qui m’invitent à plonger dans l’océan de la Miséricorde mais ils ne me connaissent pas ! Ca a toujours été comme ça dans ma famille d’ailleurs : une sorte de mélange entre l’envie de se bouger et de faire le bien et… un terrible manque de confiance. 

Je m’appelle Zachette. On s’est toujours moqué de moi à cause de drôle de prénom… Vous imaginez ? Là, disons que je me décide à y aller dans cet océan de la miséricorde et que je n’arrive pas à plonger, que je reste à flotter ? Vous ferez un mauvais jeu de mots et vous direz encore une fois que je suis une Zachette de thé, je suis sûre ! 

En vrai, je m’appelle comme ça à cause d’un de mes ancêtres. Lui et moi, on se ressemble beaucoup. Il s’appelait Zachée. Il était tout petit et lui, les gens ne se moquaient pas de lui à cause de son prénom mais bien parce qu’il était collecteur d’impôts. A l’époque des Juifs, les collecteurs d’impôts, c’étaient des vrais voleurs ! Oh, je ne crois pas que mon ancêtre faisait vraiment le mal pour le mal mais il avait peur. Peur de manquer. Alors, il volait dans les caisses et, de vol en vol, il était devenu riche. Très riche. Mais personne ne prenait au sérieux un type pareil ! 

Il habitait à Jéricho, une ville célèbre pour ses murailles, ses trompes et trompettes. Et on raconte qu’un jour c’est en grande pompe que Jésus, le célèbre Jésus a traversé cette ville ! Ca a été de la folie ! Tout le monde voulait le voir ! Ce n’est pas que c’était une star, c’était bien plus fort… C’était qu’il disait des paroles qui touchaient les coeurs au plus profond. Et qu’il guérissait des malades. C’est simple : certains allaient jusqu’à dire qu’il était le Messie, l’Envoyé de Dieu ! Alors tout le monde voulait le voir, l’entendre, le toucher, lui présenter des malades… Personne n’avait jamais vu une telle cohue à Jéricho ! 

Et mon ancêtre Zachée, il était bien embêté. Il avait tellement envie de voir Jésus ! Mais il était si petit… Et il était tellement considéré comme un sale type que personne ne le laisserait passer ! 

Alors, vous savez ce qu’il a fait ? Moi, j’hésite à plonger là, eh bien, lui, son « plongeon de confiance », ça a été l’inverse : de grimper dans un arbre ! Je l’imagine en train de monter sur cet arbre si touffu qu’est le sycomore… Mais le plus incroyable, c’est ce qui est arrivé quand Jésus est passé : non seulement il l’a vu mais surtout, il l’a appelé par son nom ! « Zachée, descends vite : aujourd’hui, il faut que j’aille demeurer chez toi ! ». 

Ce Jésus, c’était bien Dieu : il connaît le nom de chacun. Il connaît ton nom, il connaît mon nom. Alors comment ne pas ouvrir son coeur à la confiance après cela ? Quand on est connu, aimé, appelé, désiré ? 

Oh, les autres ont râlé, c’est clair… Mais mon ancêtre, il a été changé. A jamais. Il a tout de suite dit qu’il allait donner la moitié de sa fortune et rétablir dans leur bon droit tous ceux à qui il avait fait du mal… C’était se mettre en danger : ça a été son deuxième plongeon de confiance mais un plongeon à vie. Le seigneur Jésus lui a bien dit qu’Il lui offrait le Salut, Sa miséricorde… Alors, comment ne pas plonger ? Comment ne pas faire confiance ? 

Share

Zachette ?

Pour les besoins de l’école de prière jeunes du diocèse de Nanterre dont je reviens, j’ai incarné le premier jour Zachette, lointaine descendante de Zachée narrant l’histoire de son aïeul alors qu’elle se refusait à plonger dans l’océan de la Miséricorde ! Puisque j’ai mis ce petit conte d’évangile par écrit et que c’était l’évangile d’hier dimanche, je vous le partage. Il ne s’agit que du récit lui-même… d’un autre point de vue ! 

http://4.bp.blogspot.com/-IIZ7vpAeZHg/UZQHN3s1JtI/AAAAAAAAHnI/vDTuxg4RJH8/s1600/zachee-et-le-sycomore.jpg

Ils sont gentils là, ces deux copains qui m’invitent à plonger dans l’océan de la Miséricorde mais ils ne me connaissent pas ! Ca a toujours été comme ça dans ma famille d’ailleurs : une sorte de mélange entre l’envie de se bouger et de faire le bien et… un terrible manque de confiance. 

Je m’appelle Zachette. On s’est toujours moqué de moi à cause de drôle de prénom… Vous imaginez ? Là, disons que je me décide à y aller dans cet océan de la miséricorde et que je n’arrive pas à plonger, que je reste à flotter ? Vous ferez un mauvais jeu de mots et vous direz encore une fois que je suis une Zachette de thé, je suis sûre ! 

En vrai, je m’appelle comme ça à cause d’un de mes ancêtres. Lui et moi, on se ressemble beaucoup. Il s’appelait Zachée. Il était tout petit et lui, les gens ne se moquaient pas de lui à cause de son prénom mais bien parce qu’il était collecteur d’impôts. A l’époque des Juifs, les collecteurs d’impôts, c’étaient des vrais voleurs ! Oh, je ne crois pas que mon ancêtre faisait vraiment le mal pour le mal mais il avait peur. Peur de manquer. Alors, il volait dans les caisses et, de vol en vol, il était devenu riche. Très riche. Mais personne ne prenait au sérieux un type pareil ! 

Il habitait à Jéricho, une ville célèbre pour ses murailles, ses trompes et trompettes. Et on raconte qu’un jour c’est en grande pompe que Jésus, le célèbre Jésus a traversé cette ville ! Ca a été de la folie ! Tout le monde voulait le voir ! Ce n’est pas que c’était une star, c’était bien plus fort… C’était qu’il disait des paroles qui touchaient les coeurs au plus profond. Et qu’il guérissait des malades. C’est simple : certains allaient jusqu’à dire qu’il était le Messie, l’Envoyé de Dieu ! Alors tout le monde voulait le voir, l’entendre, le toucher, lui présenter des malades… Personne n’avait jamais vu une telle cohue à Jéricho ! 

Et mon ancêtre Zachée, il était bien embêté. Il avait tellement envie de voir Jésus ! Mais il était si petit… Et il était tellement considéré comme un sale type que personne ne le laisserait passer ! 

Alors, vous savez ce qu’il a fait ? Moi, j’hésite à plonger là, eh bien, lui, son « plongeon de confiance », ça a été l’inverse : de grimper dans un arbre ! Je l’imagine en train de monter sur cet arbre si touffu qu’est le sycomore… Mais le plus incroyable, c’est ce qui est arrivé quand Jésus est passé : non seulement il l’a vu mais surtout, il l’a appelé par son nom ! « Zachée, descends vite : aujourd’hui, il faut que j’aille demeurer chez toi ! ». 

Ce Jésus, c’était bien Dieu : il connaît le nom de chacun. Il connaît ton nom, il connaît mon nom. Alors comment ne pas ouvrir son coeur à la confiance après cela ? Quand on est connu, aimé, appelé, désiré ? 

Oh, les autres ont râlé, c’est clair… Mais mon ancêtre, il a été changé. A jamais. Il a tout de suite dit qu’il allait donner la moitié de sa fortune et rétablir dans leur bon droit tous ceux à qui il avait fait du mal… C’était se mettre en danger : ça a été son deuxième plongeon de confiance mais un plongeon à vie. Le seigneur Jésus lui a bien dit qu’Il lui offrait le Salut, Sa miséricorde… Alors, comment ne pas plonger ? Comment ne pas faire confiance ? 

Share

Santon mauvais ? La crèche en questions

Noël approche – si, si – et bien sûr, le sapin est devenu marronnier : une crèche dans « l’espace public », ou même visible depuis l’espace public, constitue-t-elle une infraction à la loi de 1905, un viol de conscience, un retour en force de l’obscurantisme en plein XXIe siècle, un fait culturel ou la preuve de la […]

Share
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Aller à la barre d’outils