Currently browsing

mars 1, 2017

Parce que tu n’es ni sanglier, ni cendrier mais bien Fils bien aimé

https://i.skyrock.net/0036/77280036/pics/3031575144_1_4_0wFHKghQ.png

« Tu es un sanglier, tu es un sanglier » trouve-t-on dans Les douze travaux d’Astérix

Moi, parfois, le mercredi des Cendres, j’ai l’impression qu’on me dit « tu es un cendrier, tu es un cendrier » avant de m’apposer moult dose de cendres sur le haut du crâne. 

Evidemment, ce n’est pas le sens : on me colle des cendres sur la tête pour me rappeler que je finirai un jour aussi poussière que celles-ci car c’est ce que je suis, que ce serait tout de même assez bien, un jour, de me décider à me convertir… C’est bien, c’est exact, mais ce n’est pas tout. Si je m’arrête là, c’est pur volontarisme : c’est « aïe, aïe, aïe, ma finitude ! Hop, je retrousse mes manches et je me convertis ! Allez, vite, un sac, des sandales et quelques sauterelles sans miel et pas trop grillées pour ne pas donner l’impression d’abondance, je vends mes biens et je pars proclamer l’évangile dans les rues ! ». J’exagère, certes, mais c’est toujours une tentation aussi que celle de se poser plein de résolutions si dures qu’escalader l’Everest en comparaison serait sinécure et des résolutions dans lesquelles nous nous remuons mais en oubliant que le Carême, c’est avant tout grandir dans notre lien de filiation divine. C’est grandir dans le sens profond de cette certitude que « sans moi – sans Lui -, vous ne pouvez rien faire », c’est laisser plus de place à cette relation d’amour filiale pour apprendre à vivre en Fils. 

Si ces cendres délicatement déposées sur mon front étaient certes le rappel de ma finitude, de l’urgence de me convertir mais étaient aussi l’indéfectible souvenir du feu qui les a brûlées ? 

Si ces cendres étaient un appel à ranimer ce feu de l’Esprit Saint déposé au creux de moi, ce feu qui brûle et qui n’attend que ma vie pour l’embraser tout entière ? 

Si ces cendres étaient le signe que tout n’a pas encore brûlé dans ma vie et que je peux apprendre à laisser l’Esprit Saint crier vers le Père « Abba » pour apprendre à aimer comme Lui ? Un peu, au moins ?  

Peut-être que les Cendres qui ouvrent le carême, ce n’est pas un « tu es un cendrier, tu es un cendrier », mais bien  plutôt un appel à apprendre à vivre sous Son regard lumineux, Son regard qui ne nous dit pas que nous serions un bête sanglier cendrier mais un regard qui nous aime et nous modèle si nous Le laissons faire, sans aucune persuasion mais en toute liberté.  

Quarante jours s’ouvrent devant nous pour cela :
Seigneur, vivifie-moi par Ton Esprit Saint : qu’Il brûle tout en moi, surtout les mauvaises herbes ;
Seigneur, apprends-moi à me laisser aimer par Toi
Et redresse ce qui est faussé pour être modelée un peu plus à Ta ressemblance. 

Heureux et fructueux carême à chacun ! 

 

Share
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Aller à la barre d’outils